Burkina-Cedeao-Suspension

Le Burkina Faso suspendu de la Cédéao

APA-Ouagadougou (Burkina Faso)

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) n'a pour l'instant pas décidé d'autres sanctions contre le pays des Hommes intègres.

Le Burkina Faso, où un coup d'État s'est produit le 24 janvier 2022, rejoint le Mali et la Guinée sur la liste des pays suspendus des instances de la Cédéao. La décision a été prise ce vendredi à l'issue d'un sommet virtuel de l’organisation sous régionale.

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest a par ailleurs demandé la libération du président renversé Roch Marc Christian Kaboré, placé en résidence surveillée, ainsi que des autres officiels arrêtés.

Elle a en outre décidé d'envoyer samedi à Ouagadougou une mission des chefs d'état-major des armées de la Cédéao. Celle-ci sera suivie lundi d'une mission ministérielle, avant la tenue d’un nouveau sommet le 3 février à Accra, en présence cette fois des chefs d'État de la région.

Dans son adresse à la nation, jeudi soir, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, chef des putschistes regroupés au sein du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), a dit que le Burkina Faso a « plus que jamais besoin de ses partenaires ».

Il a expliqué que « si les priorités sont nombreuses, il est clair que la priorité principale demeure la sécurité » et que « l’avènement du MPSR a été imposé par le cours des évènements dans notre pays, fragilisé par tant d’évènements et assailli de toutes parts par des groupes armés radicaux ».

« La gravité de l’heure, a-t-il dit, a imposé à notre armée une attitude que lui impose son devoir. Ainsi, les différentes composantes de notre armée nationale, dans une démarche consensuelle ont décidé d’indiquer la voie pour la restauration de l’intégrité de notre Burkina Faso et la sauvegarde des acquis de notre peuple chèrement acquis. J’ai pris conscience avec toutes les franges de notre armée, de l’ampleur des responsabilités qui sont miennes et de la profondeur des exigences de notre peuple, qui ne demande qu’à vivre et s’épanouir dans la quiétude ».

ARD/te/APA

Réagir à cet article