ACCUEIL NEWS CULTURE ECONOMIE ENVIRONNEMENT FINANCE GENRE POLITIQUE SPORTS
 
 
 
Burkina-Catastrophes 
 
Le Burkina estime à  70 milliards FCFA ses besoins pour se remettre des inondations 
 
 
 
APA-Ouagadougou (Burkina Faso)
Les inondations survenues au Burkina Faso le 1er septembre dernier ont fait 8 morts et 150 mille sans abris (nouveau bilan) et ont provoqué d’innombrables dégà¢ts matériels nécessitant plus de 70 milliards FCFA pour leurs réparations, a confié le Premier ministre Tertius Zongo, vendredi à  Ouagadougou.
«Dores et déjà, les estimations sommaires dégagent un besoin de 70, 21 milliards FCFA » a indiqué le Premier ministre au cours d’une rencontre avec les partenaires au développement.

Cette évaluation tient compte des besoins humanitaires d’urgence au cours des semaines à venir, mais aussi de la reconstruction des habitats pour les sinistrés, de l’aide à leur réinsertion et de la réhabilitation des ouvrages endommagés.

Les besoins d’urgence de la première phase (30 premiers jours) sont estimés à plus de 4 milliards de francs CFA. et concernent l’alimentation des sinistrés, la dotation en matériel de survie (couverture, seaux, habits, moustiquaires…) et les produits sanitaires.

Le renforcement des stocks des centres hospitaliers, la viabilisation des sites d’hébergement et l’appui logistique pour l’organisation pratique des secours font également partie des besoins d'urgence.

Mais d’autres besoins non humanitaires tels la réhabilitation des routes et ponts dégradés et la construction d’un site sanitaire pour suppléer la fermeture de Yalgado, le plus grand centre hospitalier, font monter à 7 milliards le financement souhaité dans l’immédiat.

Pour Tertius Zongo, «le gouvernement ne peut pas tout seul y faire face ». Il a réitéré l’appel de son pays à la solidarité nationale et internationale devant un parterre de diplomates et de responsables d’institution convoqués à cet effet.

Dans le moyen et long terme, le gouvernement burkinabè souhaite engager avec ses partenaires des négociations devant aboutir à des mesures préventives en vue de réaliser des ouvrages « plus performants d’assainissement et d’écouler des eaux de la capitale ».

Il espère aussi mettre en place un dispositif « pérenne et efficace » d’intervention en matière de gestion des catastrophes.

Pour le Premier ministre, il faudra imaginer un « plan général » d’organisation des secours (Plan ORSEC) avec tous les équipements subséquents.

Le gouvernement de Tertius Zongo qui a déjà été confronté à la crise de la pénurie alimentaire en 2007, a admis publiquement que « chacune des ces situations met à nu les insuffisances de notre dispositif de secours d’urgence ».
CK/mn/APA
2009-09-04 14:54:41
 


 
 
 
RUBRIQUES
 
ZONE DE COUVERTURE
  • Pays
  • Partenaires
  • Sous région
 
 
 
 
 
 

Présentation - Réseaux - Abonnements - Conditions d'utilisation - Produits - Ethique - Contacts
 
Agence de Presse Africaine - Droits de reproduction sous autorisation pr�alable