ACCUEIL NEWS CULTURE ECONOMIE ENVIRONNEMENT FINANCE GENRE POLITIQUE SPORTS
 
 
 
 
Burkina - Football - Apaisement 
 
Paulo Duarte fume le calumet de la paix avec la presse burkinabè  
 
 
 
APA - Ouagadougou (Burkina Faso) -
Le sélectionneur de l’équipe nationale de football du Burkina, le Portugais Paulo Duarte, a demandé, lundi à  Ouagadougou, « pardon » à  presse sportive burkinabè à  la suite de propos injurieux qu’il avait récemment tenus à  son endroit.
« Merde à la presse burkinabè » avait-il lancé à l’endroit des journalistes burkinabè après le match victorieux des « Etalons » sur le « Syli National » de Guinée (2-1), 11 octobre dernier à Accra (Ghana), dans le cadre de la 5è journée des éliminatoires combinées de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) et de la Coupe du monde 2010.

Ce dérapage verbal du technicien portugais fait suite aux critiques de la presse burkinabè après la lourde défaite subie par les « Etalons » face à la Côte d’Ivoire (5-0), le 5 septembre à Abidjan, en match comptant pour la 4è journée des éliminatoires combinées CAN - Mondial 2010.

A la suite d’une médiation menée par le président du conseil d’administration du Rail Club du Kadiogo (RCK), Amado Traoré, Paulo Duarte a reconnu son « erreur » et a « demandé pardon » devant toute la presse sportive réunie autour de l’Association des journalistes sportifs du Burkina (AJSB).

« En ce matin du 9 novembre, je me présente devant vous avec humilité pour vous demander pardon suite aux propos que j’ai tenu à l’issue du match Guinée / Burkina à Accra. Rien ne justifie et ne pourra justifier ce dérapage verbal en votre endroit », s’est-il excusé.

« Au demeurant, c’est bien parce que vous avez bien fait votre part de travail que nous avons pu nous remettre en cause pour obtenir cette qualification (à la CAN) tant attendue par tout le peuple burkinabè. Je vous demande pardon », a poursuivi Duarte, insistant sur le fait que « le rôle d’un entraîneur est aussi un rôle éducatif ».

« J’y est aussi failli par mes propos », a-t-il reconnu.

Les journalistes ont accepté cette main tendue. « C’est vrai que nous avons été touchés par les offenses de Duarte, mais il reste notre entraîneur. Il faut savoir pardonner à ceux qui vous offensent. Les larmes qu’il a versées ce matin viennent du fond de son cœur. Nous l’acceptons pour la cause du football, car les « Etalons » ont besoin de notre soutien pour des victoires beaucoup plus éclatantes », a indiqué le vice président de l’AJSB, Gabriel Barrois.

Le Burkina, déjà qualifié pour la phase finale de la CAN 2010, reçoit, samedi à Ouagadougou, le Malawi. L’unique ticket du groupe E pour le Mondial est revenu à la Côte d’Ivoire.









GS/mbt/APA
2009-11-09 20:05:56
 


 
 
 
RUBRIQUES
 
ZONE DE COUVERTURE
  • Pays
  • Partenaires
  • Sous région
 
 
 
 
 
 

Présentation - Réseaux - Abonnements - Conditions d'utilisation - Produits - Ethique - Contacts
 
Agence de Presse Africaine - Droits de reproduction sous autorisation pr�alable