ACCUEIL NEWS CULTURE ECONOMIE ENVIRONNEMENT FINANCE GENRE POLITIQUE SPORTS
 
 
 
 
Ethiopie-Afrique-Climat  
 
Le Comité africain de haut niveau sur les changements climatiques se réunit à  Addis Abeba 
 
 
 
APA-Addis Abeba (Ethiopie)
La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement sur les changements climatiques (CAHOSCC) mise sur pied pour mieux représenter l’Afrique au prochain Sommet mondial sur les changements climatiques prévu du 7 au 18 décembre dans la capital danoise, Copenhague, s'est engagé mardi à  Addis Abeba à  défendre les intérêts du continent.
La (CAHOSCC) composée de 10 pays africains, tient actuellement dans la capitale éthiopienne sa deuxième réunion pour définir une position commune de l’Afrique en prélude au sommet mondial de Copenhague.

Le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, le président ougandais Yoweri Museveni et son homologue kenyan Mwai Kibaki prennent part à cette rencontre tandis que les autres pays sont représentés par des ministres.

“Il est grand temps que le groupe des dix mandaté par le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine pour parler au nom de l’Afrique au sommet de Copenhague sur les changements climatiques élabore une position commune”, a déclaré le PM éthiopien qui conduira la délégation africaine au sommet Copenhague.

M. Meles a lancé un appel en faveur d’un accord robuste et équitable au sommet de Copenhague où l’Afrique défendra ses intérêts.

“L’Afrique n’a rien contribué au réchauffement climatique, mais, reste le la plus touchée par les effets des changements climatiques comparée aux autres continents”, a ajouté M. Meles.

Le Comité a également exprimé l’espoir que la conférence de Copenhague sera une occasion pour faire attendre les préoccupations de l’Afrique”.

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping, a exprimé le souhait de voir le sommet de Copenhague parvenir à un accord inclusif.

“L’Afrique doit bénéficier du soutien nécessaire en terme de technologie et de renforcement de capacité pour surmonter la menace du réchauffement climatique, étant donné qu’elle produit moins de gaz tout en restant la plus touchée par les effets des changements climatiques », a-t-il déclaré.

Selon M. Ping, l’Afrique n’espère seulement pas de ce sommet une simple déclaration de la communauté internationale “mais des mesures concrètes qui permettront de résoudre la présente crise climatique et épargner le continent des catastrophes naturelles”.

L’Afrique se prépare à demander un soutien annuel de 67 milliards de dollars américains par an aux pays développés en vue de s’attaquer aux effets des changements climatiques sur le continent où habite un milliard de personnes”.

La CAHOSCC comprend l’Algérie, le Congo, le Kenya, l’Ile Maurice, le Mozambique, le Nigeria, le Malawi, l’Ouganda, l’Afrique du Sud et l’Ethiopie.

La réunion à huis clos d’un jour se poursuit pour discuter des stratégies pour le sommet de Copenhague sur la base de l’état actuel des négociations en cours et les propositions faites par les ministres de même que le mécanisme international pour la poursuite des consultations de la COHOSCC entre autres questions relatives aux changements climatiques.




DT/ad/nd/od/APA
2009-11-17 14:38:33
 


 
 
 
RUBRIQUES
 
ZONE DE COUVERTURE
  • Pays
  • Partenaires
  • Sous région
 
 
 
 
 
 

Présentation - Réseaux - Abonnements - Conditions d'utilisation - Produits - Ethique - Contacts
 
Agence de Presse Africaine - Droits de reproduction sous autorisation pr�alable