ACCUEIL NEWS CULTURE ECONOMIE ENVIRONNEMENT FINANCE GENRE POLITIQUE SPORTS
 
 
 
 
Niger-Travail-Social 
 
La CNSS, institution unique chargée de la couverture sociale des salariés nigériens 
 
 
 
APA-Niamey (Niger)
En cinquante ans, le Niger dispose encore d’une seule institution chargée de la couverture sociale des travailleurs salariés, tous secteurs confondus, ce qui inclut également la gestion des risques et maladies professionnels, a appris APA de bonne source à  Niamey.
La Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), un établissement public à caractère administratif jouissant de la personnalité morale et dotée d’une autonomie financière, est la principale structure en matière de protection sociale des travailleurs.

Cette couverture, explique Abdou Idé, un cadre de la CNSS, comporte précisément les prestations familiales, les risques et maladies professionnels et les pensions des employés du secteur privé, des auxiliaires de l’administration publique et des travailleurs libéraux.

« Pour jouir de ces avantages sociaux, le salarié doit être immatriculé à la CNSS. La personne reçoit alors un carnet d’immatriculation qui lui permet de jouir des prestations sociales (…) » précise M. Idé, également Inspecteur de la sécurité sociale.

La participation à la protection sociale se situe au Niger à 17 pour cent, un taux que se partagent l’employé et son employeur respectivement à hauteur de 1,6 pour cent et 15,40 pour cent du salaire généré par le travailleur.

Ce versement couvre « tout un faisceau de prestations », selon Ousseini Ganda, juriste et consultant en droit social. Il s’agit, ajoute-t-il, de 11 % pour les prestations familiales, 2 % pour les risques professionnels et 2,40 % pour les retraites.

Selon les textes régissant le régime de la sécurité sociale au Niger, ces cotisations doivent être versées dans les trente premiers jours de chaque mois si l’entreprise n’emploie pas plus de vingt employés et dans le trente premiers jours de chaque trimestre, si l’entreprise a un effectif de plus de vingt salariés.

De même, indique-t-on, la pension de retraite à la CNSS échoit à des agents ayant cessé de travailleur à l’âge de 60 ans, après une immatriculation vingt ans plutôt , elle–même assortie d’une cotisation durant au moins 15 années.

« Il s’agit ainsi de permettre à l’assuré de percevoir trimestriellement l’équivalent du dernier salaire. A défaut l’assuré reçoit un versement unique équivalent au salaire mensuel moyen multiplié par le nombre de mois d’assurance » explique M. Idé.

Par ailleurs, les prestations familiales sont versées aux femmes et aux enfants des assurés précise un document de la CNSS, qui décline six types de prestations sociales offertes par l’institution.

Ce sont notamment les allocations au foyer du travailleur, les allocations prénatales, de maternité, celles dites familiales, les indemnités journalières pour les femmes en couches et les remboursements des frais d’accouchement femmes salariées.

Seule nuance : pour bénéficier de ces assistances, l’assuré doit justifier d’au moins six mois de travail consécutif chez un ou plusieurs employeurs.



DS/od/APA
2009-11-20 10:16:35
 


 
 
 
RUBRIQUES
 
ZONE DE COUVERTURE
  • Pays
  • Partenaires
  • Sous région
 
 
 
 
 
 

Présentation - Réseaux - Abonnements - Conditions d'utilisation - Produits - Ethique - Contacts
 
Agence de Presse Africaine - Droits de reproduction sous autorisation pr�alable