ACCUEIL NEWS CULTURE ECONOMIE ENVIRONNEMENT FINANCE GENRE POLITIQUE SPORTS
 
 
 
 
Afrique-Climat-Conférence 
 
Les pays africains demandent une révision du calendrier du sommet de Copenhague  
 
 
 
APA-Copenhague (Danemark)
Les pays africains ont boudé lundi les discussions de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à  Copenhague, avant de les reprendre tard dans la soirée demandant une révision du calendrier de la rencontre, a constaté APA.
Un délégué du Niger, Ahmed Oumarou, a expliqué la suspension des travaux par le Groupe Afrique par le non respect du calendrier des travaux.

« Nous voudrions que l’on étudie d’abord le Protocole de Kyoto, plutôt que de le remettre après comme tentent de vouloir l’imposer les pays développés » s’est plaint M. Oumarou.

Le protocole de Kyoto dans sa deuxième phase, après le 31 décembre 2012, doit fixer en effet de nouveaux engagements contraignants aux pays riches, le Groupe des experts sur le climat ayant dans un rapport demandé à ces pays de porter leurs objectifs chiffrés de réduction à 40% d’ici à 2020.

Une position que soutient le G77 plus la Chine, constitué des pays en développement, notamment l’Afrique.

C’est justement la perspective de cette nouvelle phase du Protocole de Kyoto qui constitue l’une des principales pierres d’achoppement de ces négociations, les pays développés ne voulant pas céder à la volonté d’imposition d’objectifs chiffrés à cette hauteur, notamment les Etats Unis qui n’entendent pas dépasser la barre de 17 à 20%.

« L’astuce des pays développés, c’est de ne pas discuter du Protocole de Kyoto, car ils ne veulent pas prendre d’engagements juridiques contraignant, or même les problèmes de financement que réclament les africains sont liés au protocole de Kyoto », a déploré M. Oumarou.

« Dès que ça saute ou que ça traîne, ils seront contents, mais ce sera la fin de l’espoir pour les pays africains » a-t-il poursuivi avant de craindre pour l’issue des travaux de cette conférence.

« Nous menons un dialogue de sourd, le week end écoulé, on n’a pas avancé, et ils le font exprès, ils essaient de faire passer la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique avant le Protocole de Kyoto, alors qu’on pouvait examiner les deux ensemble. Nous n’avons maintenant que deux jours pour finir les travaux, et rien ne se dessine », a poursuivi M. Oumarou.

Un haut responsable togolais présent aux discussions et qui a requis l’anonymat n’a pas directement fait part de sa déception lundi, se contentant tout simplement de déclarer que « l’Afrique a des problèmes à ce sommet ».

« Avec ou sans accord, ce ne sera pas un échec » a-t-il dit, soulignant malgré tout l’unité des pays africains pour défendre les mêmes causes.
GC/od/APA
2009-12-14 21:30:00
 


 
 
 
RUBRIQUES
 
ZONE DE COUVERTURE
  • Pays
  • Partenaires
  • Sous région
 
 
 
 
 
 

Présentation - Réseaux - Abonnements - Conditions d'utilisation - Produits - Ethique - Contacts
 
Agence de Presse Africaine - Droits de reproduction sous autorisation pr�alable