ACCUEIL NEWS CULTURE ECONOMIE ENVIRONNEMENT FINANCE GENRE POLITIQUE SPORTS
 
 
 
 
Afrique-UA-Sommet 
 
Plusieurs mandats arrivent à  leurs termes en même temps au sommet d'Addis-Abeba 
 
 
 
APA-Addis Abeba (Ethiopie)
La tenue à  Addis-Abeba de la dixième session ordinaire du sommet de l'Union africaine a coincidé avec l'expiration des mandats du président en exercie John Kufuor, du président de la Commission Alpha Oumar Konaré et la fin de la mission du Mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP).
Le président Kufuor a déjà établi son bilan à la tête de l'UA à l'ouverture jeudi du sommet des chefs d'Etat, remerciant au passages ses collègues du soutien apporté à ses activités « diverses et plurielles » déployées sur plusieurs théâtres d'opération en Afriique.

En quittant le fauteuil présidentiel de l'UA, qu'il occupe depuis janvier 2006, il s'est félicité des progrès accomplis, mettant surtout l'accent sur l'extinction continue de foyers de tension corroborée par le processus de mise en œuvre du gouvernement de l'Union lancé en juillet 2007 à Accra.

Pour sa part, le Malien Alpha Oumar Konaré a saisi plusieurs triibunes pour annoncer son départ de la présidence de la Commission de l'UA. A la Conférence des chefs d'Etat, il a réitéré son intention de ne pas renouveler son mandat après avoir néanmoins appuyé l'audit du haut panel des personnalités commandé par les dirigeants africains.

Ce panel, qui a remis fin décembre son rapport, insiste sur un renforcement des capacités opérationnelles de la Commission et un élargissement des prérogatives de son président censé être « un meneur d'homme, doté d'un charisme certain et pourvu de qualités d'homme d'Etat » pour assurer la visibilité et la crédibilité de l'organisation continentale.

En outre, le panel insiste sur une rationalisation des organes pour réduire les incertitudes et les chevauchements qui figent les initiatives et installent des conflits de compétence et une atmosphère peu propice à un travail efficace.

Le NEPAD est devenu un organe structurant de l'UA mais la décision n'est toujours pas effective, le débat portant sur le procesus d'intégration sous la forme d'une Agence ou d'une Autorité.

Le mandat du Mécanisme africiain d'évaluation par les pairs (MAEP) est lui aussi arrivé à son terme au moment où l'équipe soummettait mercredi à l'appréciation de chefs d'Etat les conclusions de son rapport d'évaluation conscaré au Bénin.

Le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, a, le premier, soulevé la question, craignant que le départ de toute l'équipe ne prive l'institution de sa mémoire. Il a à cet effet proposé un tiers sortant, système par lequel s'opéreraient, selon lui, les changements sans compromettre la qualité du travail.


En revanche, le président zambien Levy Mwanawasa objecte et propose le maintien de toute l'équipe MAEP au motif qu'elle a fait « un excellent travail », ce que consent à accepter le Premier ministre éthiopien qui rappelle toutefois que la charte instituant la MAEP préconise une rotation en tant que principe universel.

Cette derniere observation de Zenawi, fortement appuyee par le president Thabo Mbecki, dont lepays abrite le siege du NEPAD, emporte l'adhesion de la pleniere des chefs d'Etat y compris le president Mwanawasa.



Quatre membres de l'ancienne equipe du MAEP, qui en compte sept, seront maintenus en pllace dont le Professeur Adebayo Adedaji du Nigeria, annonce le Premier ministe Zenawi qui a evoque aussi la sempiternelle question des statuts de ce Mecanisme qui suscite l'engouement avec quelque 27 pays africains ayant accepte d'etre soumis a l'evaluation par les pairs.
MN/od/APA
2008-01-31 15:41:01
 


 
 
 
RUBRIQUES
 
ZONE DE COUVERTURE
  • Pays
  • Partenaires
  • Sous région
 
 
 
 
 
 

Présentation - Réseaux - Abonnements - Conditions d'utilisation - Produits - Ethique - Contacts
 
Agence de Presse Africaine - Droits de reproduction sous autorisation pr�alable