Burkina - Gouvernance - Instabilité

[LIVE - Burkina] Le Capitaine Traoré obtient le soutien du commandement militaire

APA - Ouagadougou (Burkina Faso)

Apa news suit à la minute près les événements qui se déroulent au Burkina-Faso suite au coup d’Etat en cours mené par une partie de l’armée dirigée par le capitaine Ibrahim Traoré contre le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba dont la destitution a été annoncée vendredi soir. (Merci d'actualiser la page pour prendre connaissance des dernières nouvelles)

16h50. Burkina (3 octobre) : Le Capitaine Traoré a rencontré,  lundi, les différents corps d'armées du pays à qui il a ordonné la reprise des opérations militaires de lutte contre le terrorisme, a confié un officier à APAnews.

21h00. Burkina (2 octobre) : Le Capitaine Traoré obtient le soutient du commandement militaire. Le nouvel homme fort du Burkina Faso a posé avec le chef d'Etat major des armées, le Colonel-Major David Kabré et le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni, commandant des opérations du théâtre national (COTN).

17h30. Burkina (2 octobre) : "Tout ce qui pourra contribuer au combat, localement trouvé, nous irons combattre avec", assure le Capitaine Ibrahim Traoré, qui a demandé aux SG de ministères le point des véhicules pick-ups "Landcruiser" d'ici mardi. "Ça peut nous servir", insiste-t-il.

17h20. Burkina (2 octobre) : "Dans les 03 mois à venir, nous devons faire ce qui aurait dû être fait durant les huit mois passés... Tout est urgent", le Capitaine Ibrahima Traoré aux secrétaires généraux des ministères, dimanche 2 octobre, en présence d'un journaliste de APAnews.

17h05. Burkina (2 octobre) : La rentrée scolaire  est maintenue pour ce lundi 03 octobre, indique le capitaine Ibrahima Traoré, nouvel homme fort du pays.

17h00. Burkina (2 octobre) : "Je sais que je suis plus jeune que la plupart d'entre vous ici nous ne voulions pas ce qui est arrivé mais nous n’avons pas eu le choix…", le Capitaine Ibrahima Traoré aux secrétaires généraux des ministères, dimanche après-midi, en présence d'un journaliste de APAnews.

16h50. Burkina (2 octobre)"Nous voulons une continuité de l'administration mais avec une autre allure. Changez de rythme... Allez vite! Abandonnez les lourdeurs administratives inutiles! Tout est urgent" le capitaine Ibrahim Traoré  s'adressant aux secrétaires généraux des ministères, dimanche, en présence d'un journaliste de APAnews.


16h45. Burkina : Le ravitaillement en vivres des villes sous blocus des groupes armés terroristes, au menu des échanges entre le capitaine Ibrahima Traoré et les secrétaires généraux des départements ministériels, ce dimanche, en présence d'un journaliste de APAnews.


16h40. Burkina : Le capitaine Ibrahim Traoré rencontre les secrétaires généraux des ministères dimanche 2 octobre 2022 à Ouaga 2000, en présence d'un journaliste de APAnews.




16h20. Burkina : Triomphe de drapeaux russes sous les yeux du nouvel homme fort.

16h10. Burkina :  Des scènes de liesse constatées dans plusieurs villes du pays, après l'annonce officielle du départ du Lieutenant-Colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, selon plusieurs témoins joint au téléphone par APAnews.

16h02. Burkina : "J'espère qu'ils (capitaine Ibrahim Traoré et Cie) savent dans quoi ils mettent les pieds. Parce qu'il n'y aura pas de répit ni d'excuses. Nous avons besoin de chefs de guerre. La priorité, c'est la lutte contre le terrorisme pour libérer notre pays. Ils sont jeunes. Nous avions confiance. Mais ils devraient lutter pour garder cette confiance", Robert Zongo, commerçant à Ouagadougou.

16h00. Burkina : le capitaine Ibrahim Traoré accueilli en grande pompe par une marée humaine au rond point du 2 octobre, en présence d'un journaliste de APAnews.


15h45 Burkina : "Le Capitaine Ibrahim Traoré est chargé de l’expédition des affaires courantes de l’Etat jusqu’à la prestation de serment du Président du Faso désigné par les forces vives de la nation", a déclaré le capitaine Sorgho à la télévision nationale.

15h35. Burkina : Les conditions de la démission du Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba
1. La poursuite des activités opérationnelles sur le terrain ;
2. La garantie de la sécurité et de la non-poursuite des FDS engagés à ses côtés ;
3. La poursuite du renforcement de la cohésion au sein des FDS ;
4. La poursuite de la réconciliation nationale ;
5. Le respect des engagements pris avec la CEDEAO ;
6. La poursuite de la réforme de l’Etat ;
7. La garantie de sa sécurité et de ses droits, ainsi que ceux de ses collaborateurs.

Des conditions acceptées par le Capitaine Ibrahim Traoré.

15h30. Burkina : Le capitaine Ibrahim Traoré a accepté, dimanche après-midi, la démission du Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, selon une déclaration des Faîtières des communautés religieuses et coutumières, reçue par APAnews.


15h25. Burkina : Le Capitaine Ibrahim Traoré désigné chef de l’Etat, selon un communiqué.


15h10. Burkina : La France "déconseille fortement" le pays à ses ressortissants, "sauf raison impérative". Le Burkina est passé, ce dimanche, "totalement en rouge", selon une carte publiée par le Ministère français des Affaires étrangères et consultée par APAnews, après un nouveau putsch et le saccagé des édifices français. https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/burkina-faso/#securite

15h00. Burkina : Des Secrétaires généraux de ministères ont répondu, dimanche après-midi, à la convocation du Capitaine Ibrahim Traoré, a constaté APAnews. Le nouvel homme fort les a chargé hier samedi, de l'expédition des affaires courantes.

14h50. Burkina : Le Ministère en charge de l'Education nationale a démenti, dimanche, les messages faisant état d’un report de la rentrée scolaire 2022-2023, prévue pour demain lundi 03 septembre 2022.

14h40. Burkina : Le capitaine Ibrahim Traoré a annoncé, dimanche après-midi, la réouverture des frontières aériennes pour compter de ce jour,  (Communiqué).

14h30. Burkina : "Nous, notre choix est porté sur celui qui va nous donner la paix seulement. On veut la paix. Depuis longtemps nos frères et nos parents sont en train de mourir. Ça ne nous plait pas. Nous voulons quelqu’un qui va bien observer la population. C’est le nouveau qui arrive qui doit prendre le travail au sérieux", Hamidou Ouédraogo, citoyen Burkinabè, vivant au quartier Patte d'oie de Ouagadougou.

14h20. Burkina : Le Mouvement SENS de l'avocat Guy Hervé Kam, a appelé, dimanche après-midi, dans un communiqué reçu par APAnews, "à poursuivre la mobilisation populaire jusqu’à la démission effective du Lieutenant-Colonel Damiba suivie du retour de ses partisans dans leurs casernes respectives et à la mise en place d’une transition civile".


14h00. Burkina : Le système des Nations Unies à Ouagadougou a appelé, dimanche dans un communiqué, à protéger les populations civiles et à pratiquer la tolérance et le dialogue. "Le Burkina Faso a besoin de paix, de stabilité et d'unité pour assurer que les populations puissent avoir accès aux services essentiels, à la protection et aux moyens de subsistance », a dit la Coordinatrice Résidente des Nations Unies au Burkina Faso et Coordinatrice Humanitaire. https://burkinafaso.un.org/fr/201718-les-nations-unies-reiterent-les-principes-fondamentaux-dhumanite-de-neutralite-impartialite

13h50. Burkina : Retour progressif à la normale. Le quartier présidentiel Ouaga 2000 n'est plus barricadé, a constaté APAnews, dimanche.


13h00. Burkina : Selon des sources concordantes jointes par APAnews, plusieurs manifestants ont érigé des barrages sur la route nationale 1 sur l'axe BoboDioulasso-Ouagadougou, dans la capitale économique du pays, perturbant le trafic routier. Ils disent apporter leur soutien au nouvel homme le capitaine Ibrahima Traoré et ses camarades.

12h30. Burkina : La CEDEAO a réitéré, dimanche, dans un second communiqué, sa condamnation du putsch en cours à Ouagadougou. Elle a dit soutenir la quête de démocratie du peuple burkinabè et réaffirme son "attachement au chronogramme adopté par le Sommet du 3 juillet 2022 qui prévoit le retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024".






12h20. Burkina : Le Capitaine Ibrahim Traoré appelle au calme et à la retenue en attendant de faire la lumière sur le dossier du lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana, dans un communiqué lu, ce dimanche, à la télévision nationale. Le lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana est un officier de l'armée burkinabè assez apprécié de la troupe et détenu pour des faits de Blanchiment de capitaux depuis janvier 2022.


12h20. Burkina : Le nouvel homme fort, le capitaine Ibrahim Traoré, assure que la situation est sous contrôle et que "les choses sont en train de rentrer progressivement dans l’ordre ». L’annonce a été faite sur les antennes de la télévision publique, la RTB. Le communiqué a été lu par le capitaine Sorgho en présence du capitaine Ibrahim Traoré.

APA

Réagir à cet article